LE DOMAINE

Le Château de la Robine raconte une histoire d’hommes et de vignes en Drôme provençale. Plus de deux siècles d’élaboration de vins de qualité, une propriété familiale depuis 1887, chaque génération apportant sa pierre à l’édifice.

Une histoire de famille

En 1887, le Château de la Robine entre dans la famille. Notre aïeul Victor Veyre, paysan vigneron et distillateur-liquoriste acquiert ce grand domaine produisant de la vigne et des céréales. Il y construit une cave et élabore des vins classés en Crus des côtes du Rhône. Son fils Eugène poursuit l’activité avec sa femme Marguerite Roudet de Rouville. Il devient Président du Syndicat des vignerons au début des années 1940.

C’est ensuite leur neveu Pierre Fabre qui reprend le domaine de 1953 à 1980. Il l’embellit considérablement, plante des fruitiers, des oliviers et des parcelles de Grenache rouge, Carignan et Syrah qui forment actuellement les plus vieilles vignes du Domaine.

Michel Fabre, son fils, assure la relève pendant 30 ans. Il continue l’extension du vignoble en Syrah, Grenache rouge et Chardonnay, plante une oliveraie et met en place des pratiques raisonnées, en implantant par exemple dès 1995 un enherbement naturel dans le vignoble. Il confie en 2010 la gestion du domaine à sa fille benjamine, Élise, qui termine alors ses études d’agronomie.

Élise restructure le vignoble avec la plantation de cépages blancs d’appellation : Viognier, Grenache et Clairette. Elle poursuit la démarche raisonnée, notamment par le travail du rang à l’inter-ceps, le travail de la matière organique dans le sol et la préservation de la biodiversité.

En 2018, son frère, Sébastien Fabre reprend le domaine et s’y installe avec sa compagne, Anne-Aël. Plus d’infos dans la rubrique Les vignerons.

Le vignoble

Le Château de la Robine est situé à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Vallée du Rhône, au cœur de la Drôme provençale. Il compte 30 hectares de vignes, dont 25 en AOC Grignan-les-Adhémar et 5 en IGP Méditerranée – Comté de Grignan.

Bénéficiant d’un terroir situé sur les hautes et très hautes terrasses alluviales du Rhône, le vignoble est établi sur des terres à garrigues et des coteaux de collines, formés de sols argilo-calcaires, de sables limoneux, de galets et éboulis.

Ce terroir est exploité depuis l’Antiquité, comme en témoignent les nombreux vestiges romains présents dans la région.  Le vignoble s’accroît et est reconnu en 1964 pour ses vins de qualité par l’adoption du décret d’appellation.

On trouve sur le domaine différentes variétés de cépages, des plus typiques de la vallée du Rhône (Syrah, Grenache, Viognier, Carignan) aux moins courants (Chardonnay) ou plus méconnus (Clairette). Les vieilles vignes de plus de 50 ans d’âge (Carignan, Grenache) permettent la production de vins complexes et élégants.

La conduite de la vigne

La vigne est conduite dans un mode de culture raisonné :

Respect et santé du végétal :
– limitation des carences minérales sur la base d’observations et d’analyses de laboratoire si nécessaire,
– optimisation de la matière organique naturellement présente (broyage des sarments, enherbement) dans le but de fixer les éléments minéraux et d’améliorer la capacité du sol à retenir l’eau,
– travail du sol en inter-rang et sur le rang afin de limiter la compétition hydrique sur le rang.

Qualité :
– écimage modéré de la végétation,
– travaux en vert manuels : ébourgeonnage et épamprage réguliers et adaptés aux cépages,
– surveillance sanitaire de la parcelle et des raisins,
– limitation et le choix des intrants : refus d’utilisation de traitements fongiques anti-mildiou et anti-oïdium classés CMR cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques,
– application des intrants dans des conditions optimales : matériel moderne et performant, pulvérisations nocturnes à température et vent faibles, réglages fréquents.

Biodiversité :
– enherbement naturel présentant une haute diversité de plantes locales,
– tonte des inter-rangs et tournières avant pulvérisation pour préserver les abeilles et autres insectes butineurs,
– non utilisation d’insecticides.

L’élaboration des vins

Jusqu’au milieu des années 1940, le Château de la Robine était vinifié sur le domaine en cave particulière et classé en Cru sous l’appellation Côtes du Rhône. En 1962, le domaine adhère à la coopérative La Suzienne à Suze-la-Rousse et y apporte sa vendange. Désireux de valoriser les vieilles vignes et la qualité du vignoble, Michel et Élise décident de sélectionner leurs plus belles parcelles et de créer dès 2014 une cuvée de domaine en rouge. C’est le renouveau des vins estampillés Château de la Robine. En 2018, Anne-Aël et Sébastien transforment l’essai avec 4 nouvelles cuvées du Château de la Robine : deux rouges, un blanc, un rosé.

Plus d’informations sur l’élaboration des vins, voir les fiches techniques de chaque cuvée (lien vers les vins)

L’oliveraie

Les oliviers sont cultivés dans une petite parcelle d’un demi hectare et sur des arbres isolés ou plantés dans des alignements paysagers.

Les traitements sont habituellement limités à la bouillie bordelaise pour la lutte contre l’œil de paon, un champignon présent sur la feuille et qui asphyxie l’arbre en empêchant sa photosynthèse.

Nous n’employons pas d’insecticides, d’ovicides ou de larvicides pour lutter contre la mouche de l’olive. Nous nous limitons à la confection de pièges biologiques.

Selon les années, et notamment selon la pression de la mouche, les olives sont récoltées à des maturités variant de vert intense, vert fruité à fruité noir.